Clara, rhinocéros star du Saint-Empire romain germanique

Probablement la première vedette dont les tournées étaient annoncées par des campagnes d’affichage et ayant eu des produits dérivés, Clara était une immense célébrité il y a maintenant deux siècles et demi. Décédée à l’âge de 20 ans, elle aura permis à son propriétaire d’amasser une immense fortune et même obtenir un titre aristocratique.

Le rhinocéros était un animal oublié en Europe jusque son arrivé au XVIe siècle, aucun n’était apparu sur le sol européen depuis les quelques pachydermes africains qui avaient été amenés à la capitale de l’Empire romain, deux millénaires auparavant.

Le Rhinocéros indien d’Albrecht Dürer, 1515. Dessiné d’après une description écrite et un bref croquis.

En 1515, un spécimen indien est débarqué au Portugal, mais se noie peu de temps après lors d’un voyage maritime vers Rome, où il devait être offert au Pape ; toutefois une description et un vague croquis de l’animal permettront au graveur Albrecht Dürer originaire de Nuremberg d’établir une gravure de l’animal. En tout, jusqu’au XVIIIe siècle, huit rhinocéros survivront à leur capture et au voyage jusque l’Europe, mais ils décéderont faute de soin et d’une bonne alimentation, à l’exception du cinquième spécimen : Clara

Douwe Mout van der Meer, le propriétaire de Clara

La mère de Clara est tuée par des chasseurs près d’Assam, dans le nord-est de l’Inde, elle laisse derrière elle la petite rhinocéros alors âgée de quelques mois. Elle est recueillie par Jan Albert Sichterman, directeur régional de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, l’élevant comme un animal domestique. Parfaitement apprivoisée, elle circule librement dans la résidence de son maître.
Lors d’une visite, le capitaine hollandais Douwe Mont Van der Meer, est sidéré par la grande taille et la docilité de l’animal. Il l’achète en 1741, l’installe sur son bateau et vogue en direction de Rotterdam où ils arrivent le 22 juillet, elle sera directement exposée au public. Durant le voyage, Clara avait développé une accoutumance à la bière et aux feuilles de tabac qui resteront dans son régime alimentaire le reste de sa vie.

Clara par Pietro Longhi (ou son atelier). 1751.

Van de Meer installe l’animal près de Leyde, quitte la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et prévoit un projet ambitieux ; la tournée européenne de Clara. Pour se faire, son propriétaire va jouer sur la réputation effrayante de l’animal alors jamais vu par la majorité des Européens. Il va l’assimiler au Béhémoth, créature biblique mentionnée dans le Livre de Job. Il conçoit également des affiches mettant en avant la taille de Clara, encore en croissance.

Clara par Pietro Longhi Ca’ Rezzonico. 1751.

En 1746, après des préparatifs de cinq ans, Clara atteint sa taille adulte. Elle est placée dans un véhicule sur-mesure tiré par huit chevaux en direction de Berlin, à travers le Saint-Empire romain germanique. Le succès de Clara est immédiat. Frédéric II le Grand, roi de Prusse, vient la voir deux fois, son mathématicien Maupertuis, voit en Clara une preuve de l’existence de Dieu.
Une fois à Berlin, ils se rendent en direction de Vienne où Van der Meer est anobli par la famille royale. En véritable homme d’affaires, le capitaine demande des royalties aux artistes souhaitant dessiner Clara, il change ses prix dans fonctions des lieux qu’ils parcourent, mais sera contraint de fixer ses prix une fois arrivés en Suisse, en accord avec les autorités locales.

Clara par Jean-Baptiste Oudry. 1749.

Clara aura une vaste collection de produits dérivés à son effigie, des porcelaines, des miniatures et même des peintures à l’huile, tous les produits seront vendus à travers l’Europe et elle figurera même dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Clara inspire des coiffures et vêtements en France, Van der Meer deviendra richissime au point de proposer un prix exorbitant à Louis XV souhaitant acheter l’animal, ce dernier sera contraint de refuser, ne pouvant se permettre de payer 100 000 écus au capitaine hollandais.
Clara meurt en 1758 après avoir fait la fortune de son propriétaire.

Retour haut de page