Des rats explosifs inventés par les services secrets britanniques en 1941

En 1941, durant la Seconde Guerre mondiale, le SOE, un service secret britannique, développa des rats explosifs destinés à endommager les usines ennemies.

Une centaine de rongeurs a été achetée par un officier du SOE se présentant comme un étudiant ayant besoin d’eux pour des expériences de laboratoire. Les rats ont été dépouillés, remplis d’explosifs plastiques et cousus. L’idée était de placer un rat parmi le charbon à côté d’une chaudière. Quand ils étaient repérés, ils étaient immédiatement jetés sur le feu, provoquant une énorme explosion.

C’était la théorie. Comme l’un des fichiers SOE l’enregistre: “Cet appareil a causé des ennuis considérables à l’ennemi, mais pas tout à fait comme prévu.” Les Allemands ont intercepté le conteneur de rats morts avant de pouvoir les utiliser à des «fins opérationnelles». Mais tout n’a pas été perdu. Selon un rapport du SOE, leur découverte avait un «effet moral extraordinaire»: les rongeurs étaient exposés dans toutes les écoles militaires allemandes, incitant à la chasse aux «centaines de rats que l’ennemi croyait être distribués sur le continent».

Le SOE en a donc conclu que : “Le problème qui leur a été causé a été un succès beaucoup plus grand que si les rats avaient été effectivement utilisés.”

Le rat est écorché puis sa peau est cousue et remplie d’explosif plastic (E.P.). Il faut que ça ait l’air d’un rat mort. Une amorce standard n°6 est installée dans l’E.P. L’amorçage se fait par le biais d’une petite mèche de sécurité reliant un tuyau en cuivre qui sert d’allumeur à un détonateur n°27. Dans le cas de l’illustration ci-dessus, le détonateur n°27 est attaché à un crayon allumeur à retardement (C.A.R.). Le rat est alors laissé avec le charbon à proximité d’une chaudière. Lorsque le rat est jeté dans le feu, les flammes allument la mèche de sécurité. Dans le cas du C.A.R., c’est une mèche à retardement qui est utilisée. (Primer = Amorce / P.E. = E.P. / Pencil Time Fuse = Crayon allumeur à retardement.)
Retour haut de page