Le lévrier

Le lévrier, meilleur ami de la tsarine

D’un tempérament plutôt froid et distant, y compris avec ses propres fils, Catherine II de Russie fond littéralement dès qu’elle aperçoit ses petits chéris : ses chiens. Elle en possède une véritable meute, exclusivement des lévriers. Aristocrate dans l’âme, elle en distingue six ou sept à qui elle accorde des privilèges, comme celui de dormir avec elle. Il est mignon, le toutou à sa tsarine !

Le grand rival de Napoléon

Le grand rival de Napoléon est… un petit chien

C’est un carlin, un de ces petits chiens courts sur pattes à la face aplatie. Il répond au nom de Fortuné, et c’est le protégé de Joséphine de Beauharnais, que le général Bonaparte vient d’épouser. D’emblée, une haine mortelle oppose les deux mâles. Fortuné ne peut pas encadrer Napoléon, et il ne s’en cache pas : dès qu’il voit approcher le petit général, il se met à grogner, menaçant. Bonaparte, de son côté, enverrait bien à son rival un bataillon en armes, histoire de lui régler son compte… mais pour complaire à sa nouvelle épouse, il est obligé de bien se tenir.

Henri III

Henri III n’a peur de rien… sauf des chats !

Il fait la guerre, combat les protestants, déjoue les complots… Henri III se montre à la hauteur des exigences guerrières qui pèsent sur les rois de France. En vérité, il n’y a qu’une chose qui fasse peur au monarque : les chats ! Aussitôt qu’il en voit un, il devient blanc comme un linge et se retrouve au bord de la syncope. Une vraie phobie !

Du coup, non content de batailler contre les huguenots, il guerroie contre les chats. Rêvant d’un royaume délivré de tous les matous, il lance une grande bataille d’extermination contre les félins… Au cours de ses quinze ans de règne, il en aura fait massacrer 30 000…

Chien Lucas

Le chien de Georges Lucas a eu une grande influence cinématographique

Le chien de Georges Lucas a joué un rôle important dans l’histoire des films américains : très imposant et aux poils longs, c’est de lui que son maître s’inspira pour créer le personnage de Chewbacca dans Star Wars. Mais ce chien a également marqué une autre série de films : il s’appelait Indiana, donnant son nom à Indiana Jones ! D’ailleurs, dans Indiana Jones et la dernière croisade, il est fait référence au fait que le héros s’appelle ainsi en référence au chien familial.

 

Arthur Schopenhauer, un caniche pour seul héritier

Arthur Schopenhauer, un caniche pour seul héritier

Il affirmait que notre monde ne peut être que le pire des mondes possibles. Âgé de 72 ans, Arthur Schopenhauer, auteur du Monde comme volonté et comme représentation, vient de décéder à Francfort, d’une crise cardiaque. Stupeur à la lecture de son testament : le philosophe a fait de sa chienne, un caniche répondant au nom d’Atma, sa légataire universelle !

Un beau nonosse pour récompenser la fidélité de la brave Atma. Pendant des années, le philosophe a vécu dans l’isolement, privé de reconnaissance malgré l’importance capitale de son oeuvre, avec pour seule compagnie ce brave animal frisé. Est-ce par effet de mimétisme que Schopenhauer avait adopté cette coupe de caniche ? Rien dans son testament ne le prouve, mais il est permis de se poser la question…

Malmaison Joséphine installe véritable ménagerie

À la Malmaison, Joséphine a installé une véritable ménagerie

De sa Martinique natale, Joséphine, la première dame de l’Empire, a gardé le goût de l’exotisme et des espèces rares. Dans le parc du château de Malmaison, où elle est installée depuis 1799, elle a rassemblé à grands frais de nombreux animaux, ainsi que des oiseaux de toutes sortes. Des espèces qu’on ne s’attend pas à rencontrer à deux pas de Paris… Autruches, émeus, phoques, chamois, zèbres, gazelles, antilopes, lamas, cygnes noirs et même kangourous… Un véritable zoo ! Et tout ce petit monde circule en parfaite liberté !

À ce qu’on dit, le plus grand plaisir de Napoléon est de donner du tabac aux gazelles pour les exciter. Ne se sentant plus, les animaux se lancent à la poursuite des dames de la Cour et déchirent leurs robes, suscitant leurs cris et les rires de l’Empereur.

Il n’y a pas à dire, on sait s’amuser chez les Bonaparte !

Richelieu amoureux chats

Le Cardinal de Richelieu : amoureux de ses chats

Impitoyable avec les humains, l’homme fort de Louis XIII est un grand sentimental dès qu’il s’agit d’animaux. Ses meilleurs amis sont de très loin les chats.

Contre les habitudes de son temps, il en fait des animaux de compagnie et ne cesse d’en adopter. Il administre toutes les affaires d’Etat avec un chat sur les genoux et, la nuit, ses matous favoris partagent son lit. Véritables petits princes, les chats du Cardinal ont deux domestiques à leur service et une pièce leur est réservée dans ses appartements. En cas de problème de santé, un médecin est aussitôt dépêché auprès d’eux.

À sa mort en 1642, Richelieu laisse pas moins de quatorze petits orphelins à poils et à griffes, qui répondent aux noms de Serpolet, Ludoviska, Lucifer, Félimare, Ludovic le Cruel, Racan, Perruque, Mounrad le Furieux, Rubis-sur-l’ongle, Pyrame, Thisbé, Mini-Piaillon, Gazette et Soumise qui était, parait-il, sa préférée.

Chats impudiques, chats diaboliques ?

Chats impudiques, chats diaboliques ?

Chats impudiques, chats diaboliques ?

Les bestiaires – livres des natures des animaux – étaient légion au Moyen Âge ; moralisateurs, ils contaient toutes sortes de fables sur des animaux réels ou imaginaires (comme les licornes), dotés la plupart du temps de traits anthropomorphiques, affichant des attitudes typiquement humaines. Leur fonction était de livrer un enseignement propre à la morale chrétienne, notamment en mettant en scène des écarts de comportements afin d’illustrer les sermons. Les animaux ont ainsi été largement représentés dans la littérature – l’exemple paradigmatique étant probablement le fameux Roman de Renart – mais aussi dans d’autres formes artistiques (livres d’heures, tapisseries, blasons, peintures murales, médaillons, sculptures sur bois, en pierre, en métal, etc.).

On peut y retrouver une pléthore de figures familières telles que les animaux de la ferme (cheval, bœuf, âne, chèvre, mouton, poule – et par conséquent, le renard qui n’est jamais très loin des poulaillers est présent aussi), les animaux domestiques (chien et chat), les oiseaux, les serpents (ainsi que les dragons), les poissons, les animaux de la forêt (cerf, ours, biche, sanglier,…), les petits rongeurs, les animaux exotiques des ménageries (lion, singe, éléphant,…).

L’animal, une créature de Dieu

Dans la Bible, si l’homme a été créé à l’image de Dieu, il l’a été aussi « afin qu’il règne sur tous les animaux » selon l’interprétation de beaucoup de courants théologiens. La foi chrétienne médiévale, imprégnée de la pensée de saint Augustin, a instauré des rapports très hiérarchiques entre l’homme et les animaux, ces derniers étant considérés comme des êtres inférieurs et imparfaits. Et comme on le sait, l’opposition manichéenne entre la lumière et l’obscurité est très symbolique dans la religion. Dieu est lumière, Satan est ténèbres. Époque très superstitieuse, le Moyen Âge a catégorisé les animaux en fonction de ces prismes. Les animaux vivant la nuit, voyant dans le noir, ne pouvaient qu’être d’origine diabolique, des ennemis de Dieu. Chouette, chat, renard, crapaud, chauve-souris,… ont eu ainsi mauvaise réputation, mais le chat – surtout à robe noire – plus qu’aucun autre animal, a vraisemblablement beaucoup souffert de ces superstitions.

Les félins, ces suppôts du Malin

Associés à Satan, les chats noirs furent les plus persécutés durant le Moyen Âge, et à moins d’avoir une petite tache blanche sur leur fourrure, appelée dans ce cas « marque de Dieu », on les faisait disparaitre.

En 1233, une bulle pontificale (acte scellé émis par le pape) du pape Grégoire IX déclara le chat être un « serviteur du Diable ». Grand dormeur paressant le jour, chassant la nuit, avec en plus un fameux appétit sexuel au vu de sa rapide reproduction, le chat avait tout pour s’attirer les foudres de la « morale ». Alors quand à la même époque l’Inquisition se mit en action, qu’il y eut toutes sortes de procès de sorcellerie, les chats se retrouvèrent au banc des accusés au côté des femmes. Un siècle plus tard, leur sort empira.

Le pape Innocent VII intensifia en effet cette persécution féline, et en 1484, ce fut au tour d’Innocent VIII de renforcer les chasses aux sorcières, condamnées au bûcher avec leurs chats, ces deux « races » d’origine diabolique faisant la paire.

Pour en revenir aux reproductions artistiques des chats, certains détails incongrus méritent d’être relevés… et comment ne pas mentionner les innombrables représentations de chats occupés à faire leur toilette, sérieusement appliqués à nettoyer leurs parties intimes ?

Les moines décoraient en effet très souvent les pages de leurs livres manuscrits. Il est difficile d’expliquer pourquoi exactement les chats sont si souvent dessinés en train de se lécher. Nous pourrions supposer la survivance de l’esprit des fabliaux qui visait à faire rire, le besoin des moines de légèreté et de détente. D’un autre côté, représenter ces créatures en train de se lécher les parties intimes d’une manière aussi impudique a pu contribuer à renforcer l’étrangeté qui leur était associée…

Auteur : Mélanie Castermans

Hamster Hawaï

Pas de hamster à Hawaï !

Il peut être tentant d’acquérir un hamster sur un coup de tête. Après tout, ces petits gars sont l’image de la gentillesse: petit, rond, velu et curieuxUn excellent animal de compagnie, non? Pas du tout ! 

Si vous comptez vous établir à Hawaï, n’emmenez pas le hamster de votre fille ou de votre petit frère : l’animal est banni de l’île.

Il est illégal de posséder des hamsters de compagnie à Hawaii. Les autorités estiment que le climat est trop proche de celui des déserts dont l’animal est originaire et craignent une prolifération sauvage qui serait nuisible aux récoltes. Les responsables de l’agriculture et de l’environnement se sont inquiétés du fait que des hamsters libérés ou échappés pourraient s’établir dans des colonies sauvages et endommager les cultures ainsi que les plantes et les animaux indigènes.

Il en va de même pour les serpents ou les écureuils, par exemple.

Une chien

Un chien reste blotti contre le cadavre de son maître

Fidèle jusqu'au bout

Les images émouvantes de ce chien recroquevillé tout contre son maître happé accidentellement par un train au Mexique font le tour du monde depuis jeudi. Victor Reyna Vazquez, 57 ans, était mort depuis plusieurs heures sur les voies à Montemorelos lorsque les autorités sont finalement parvenues à extirper son plus fidèle compagnon des lieux de l’accident. L’animal visiblement brisé refusait catégoriquement de quitter son maître.

 

De l’amour qui fend le coeur. L’animal de compagnie de Victor Reyna Vazquez, inconsolable après que son propriétaire eut été mortellement fauché par un train, s’était niché tout contre lui. Même lorsque les autorités, après avoir découvert le cadavre signalé sur les voies, ont recouvert son corps d’un drap bleu par pudeur, le chien est retourné se blottir contre lui, comme si plus rien d’autre au monde n’existait. 

Les secours ont ensuite eu toutes les peines du monde à éloigner l’animal, qui refusait catégoriquement de laisser son meilleur ami. Finalement, ils ont dû user de la force pour séparer la victime et son chien et ainsi libérer les voies. Selon le rapport de police, l’animal a même mordu les agents et ambulanciers qui s’étaient attelés à cette tâche difficile.

Quant au décès lui-même, tout semble indiquer qu’il s’agit d’un accident. L’homme aurait, dans son ivresse, chopé sur les rails et serait tombé sur les voies avant d’être fauché par un train. Selon les habitants du quartier, le quinquagénaire était connu pour son alcoolisme. Son chien et lui étaient inséparables depuis de nombreuses années.